L'ACTUALITE RUSSE EN FRANCAIS MISE AU POINT PAR RUSSIE POLITICS SUR Facebook ET Twitter!

mercredi 10 septembre 2014

La Barbarie, le nouveau visage de la "Pax Ukraina"



Voici ce que les mères de combattants de Donetsk viennent de recevoir. Pour l'instant, les autorités de la République de Donetsk ne savent pas, en tout, combien de boîtes en bois contenant la tête coupée de leur fils ont été envoyées par les autorités ukrainiennes.

La seule certitude est que toutes ces têtes identifiées correspondent à des combattants s'étant battus dans les alentours de Donetsk. Selon les sources, ils auraient été fait prisonniers par Secteur Droit ou simplement tombés entre les mains des militaires ukrainiens.  Et rendus ainsi.
 
A l'heure où l'on s'acharne à parler de paix,  où les échanges de prisonniers traînent en raison du pouvoir ukranien, ces images font froid dans le dos. Est-ce la manière dont Kiev interprète "l'échange" de prisonniers?
 
C'est de la barbarie, à l'état pur. Mais il faut regarder cette image, car elle correspond à une réalité aux portes de l'Europe. Voulons-nous en faire le nouveau visage de l'Europe? C'est ce qui se passera si le traitement politique de la question ukrainienne ne change pas.

15 commentaires:

  1. D'où viennent vos sources? Je sais que votre site est très sérieux, comment cela n'explose t il pas dans la presse mainstream?

    Cette image est très dure, ce qu'elle sous tend l'est plus encore.

    RépondreSupprimer
  2. Je viens de lire tout un débat où l'on demandait des sources sûres de cette information. Pour ma part, je la crois, car les victimes ont plus des têtes de slaves que de syriens, mais c'est subjectif

    RépondreSupprimer
  3. niveau de fiabilité de l'information ? la capture vivante était elle certaine ?Entre leur capture et leur "livraison" combien de temps (ont 'ils été détenus ?).

    RépondreSupprimer
  4. Je comprend votre réaction, j'ai moi aussi été plus que surprise - et horrifée - hier en découvrant cette information. Après hésitation, j'ai décidé de la faire passer parce que je connais personnellement la personne responsable du site qui l'a reprise et c'est un individu intègre qui ne fait pas circuler de fausses informations. C'est à ce jour tout ce qui est diffusé sur le sujet et des enquêtes sont en cours par les autorités de la république pour mieux comprendre ce qui s'est passé. Si l'information sera démentie, on ne sait jamais, je vous le dirai aussi. Sincèrement, j'espère. Mais j'ai peur que ce soit vrai. Dans ce cas, il n'est pas possible de le taire.
    Il semblerait à ce jour qu'ils aient été capturés vivants. Les médias n'en parleront pas sans y être forcés, car il ne faut pas détruire l'image du nouveau régime à Kiev. Seulement maintenant, quand on ne peut plus tout cacher, vue l'ampleur des crimes, Amnesty commence à réagir et seulement contre un bataillon. Attendons de voir et espèrons que la réalité finale soit moins atroce que ce qu'elle laisse supposer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Capturé vivant ou tombé lors d'un combat - cela ne change en rien le degré de la barbarie!

      Supprimer
  5. J'ai vu cette info circuler, moi aussi, de même que sa mise en doute sinon sa confirmation.

    C'est pourquoi j'ai décidé de ne pas la retenir tant qu'elle n'était pas avérée ni vérifiée.

    Selon Sergeï Lavrov, par ailleurs, a déclaré que le cessez-le-feu était globalement respecté.

    J'ai donc choisi de me fier à ce point de vue.

    J'écris ce commentaire maintenant car le lien à votre sujet vient d'être déposé par une lectrice de mon blog...

    Bien à vous, Karine

    RépondreSupprimer
  6. Ukraine - Syrie, 2 conflits, 1 méthode.

    RépondreSupprimer
  7. Pour info, les enquêtes de Amnesty sont uniquement dirigées vers les bataillons de Kolomoïsky, ceux-ci devenant trop dérangeants et perturbant l'image de Kiev officiel. Ce n'est pas une mission objective mais une commande venant de "plus haut"...

    RépondreSupprimer
  8. Bien sur que si les médias seront obligés d'en parler si vous vous bougez pour partager l'info.
    Il y a des commentaires dans les principaux médias, il suffit d'écrire sur cette info.
    Si on est assez nombreux à le faire personne ne peut passer à coté de l'article sans lire ce commentaire. Ensuite le bouche à oreille fait le reste.
    Et quand il y a suffisamment de monde connaissant cette info, les médias ne peuvent plus l'étouffer sinon ils perdent en crédibilité, ils essaieront de contester en enquêtant eux-mêmes.
    Et là tout le monde est au courant, enfin ceux qui s'intéressent un minimum aux questions internationales.
    Cette info est importante si elle est vraie. C'est irresponsable pour les pro-russes de ne pas chercher à confirmer.

    RépondreSupprimer
  9. ces images sont tout à fait plausibles ,les Neonazis sont formés par les mêmes personnels rattachés au service secret Cia ,Mi 16 ect quand on connait les crimes qui ont été commis sur des soldats en Syrie cette situation n'est pas étonnante ,on a vu des takfristes (frere jumeau des pravy sektor au moyen orient ,manger des organes ,couper des têtes pour jouer au football ,exécutions ,viols ,destruction de domicile ,pillage vous n'avez pas à faire à des enfants de chœur mais à des monstres ,des barbares qui n'ont plus aucune pitié,ils ont été entrainés pour tués

    RépondreSupprimer
  10. LES CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ DE LA PART DE KIEV DATENT DU DÉBUT DU CONFLIT.
    ILS NE SONT PAS MÉDIATISÉS PAR LA RUSSIE CAR ELLE ATTEND LE DOUBLE, SINON LE TRIPLE DE LA MASSE CRITIQUE POUR ORGANISER Á LA FIN UN "NUREMBERG-2" ...
    WAIT AND SEE !!

    RépondreSupprimer
  11. Document - Ukraine: Abuses and war crimes by the Aidar Volunteer Battalion in the north Luhansk region

    AMNESTY INTERNATIONAL

    BRIEFING

    8 September 2014

    AI Index: EUR 50/040/2014

    Ukraine: Abuses and war crimes by the Aidar Volunteer Battalion in the north Luhansk region

    It’s not Europe. It’s a bit different… There is a war here. The law has changed, procedures have been simplified… If I choose to, I can have you arrested right now, put a bag over your head and lock you up in a cellar for 30 days on suspicion of aiding separatists.

    --Aidar battalion commander to Amnesty International researcher

    Members of the Aidar territorial defence battalion, operating in the north Luhansk region, have been involved in widespread abuses, including abductions, unlawful detention, ill-treatment, theft, extortion, and possible executions.

    The Aidar battalion is one of over thirty so-called volunteer battalions to have emerged in the wake of the conflict, which have been loosely integrated into Ukrainian security structures as they seek to retake separatist held areas.

    In the course of a two-week research mission to the region, an Amnesty International researcher interviewed dozens of victims and witnesses of the abuses, as well as local officials, army commanders and police officers in the area and representatives of the Aidar battalion.

    Our findings indicate that, while formally operating under the command of the Ukrainian security forces combined headquarters in the region members of the Aidar battalion act with virtually no oversight or control, and local police are either unwilling or unable to address the abuses.

    Some of the abuses committed by members of the Aidar battalion amount to war crimes, for which both the perpetrators and, possibly, the commanders would bear responsibility under national and international law.

    Part of the region where the Aidar battalion currently operates – such as the conurbation of Severodonetsk, Lysychansk and Rubizhne and the town of Shchastya - was under the control of the separatist forces of the so-called Lugansk People’s Republic (LNR) from mid-May to late July. During this time, separatist forces are reported to have committed a wide range of abuses against civilians, including abduction, theft and murder. Amnesty International has documented such abuses by separatist armed groups in other regions.

    The Aidar battalion played a significant role in the Ukrainian advances in July, most prominently in the recapture of the town of Shchastya, 24 kilometers north of Luhansk city. It has lost many of its combatants in the fighting. Up to several dozen were killed in an ambush south of Shchastya after the announcement of the ceasefire on 6 September, 2014.

    While hailed by many nationally as a committed fighting force, the Aidar battalion has acquired locally a reputation for brutal reprisals, robbery, beatings and extortion.

    Amnesty International is calling on the Ukrainian authorities to bring Aidar and other volunteer battalions under effective lines of command and control, promptly investigate all allegations of abuses, and hold those responsible to account.

    The Ukrainian authorities cannot afford to replicate in the areas they retake, the lawlessness and abuses that have prevailed in separatist-held areas. The failure to eliminate abuses and possible war crimes by volunteer battalions risks significantly aggravating tensions in the east of the country and undermining the proclaimed intentions of the new Ukrainian authorities to strengthen and uphold the rule of law more broadly.

    Abuses by the Aidar battalion

    Amnesty International documented dozens of cases of abuses allegedly committed by members of the Aidar battalion in Novoaidar district, Starobilsk, Severodonetsk, Lysychansk, and Shchastya between late June and late August.

    Typically, the fighters abducted local men, often businessmen or farmers, whom they accused of collaborating with the separatists and held in makeshift detention facilities before either releasing them or handing them over to the Security Service (SBU).

    RépondreSupprimer
  12. Je pense faire suite au sujet, j'ai trouvé cette page sur le net,
    ATTENTION, âmes sensibles s'abstenir, (graphic content).
    Les images peuvent choquer. Je craint malheureusement qu'il s'agisse de la triste réalité :

    http://www.vsetut.ru/zverstva-nacgvardii-na-donbasse-nahodyat-podtverzhdeniya

    RépondreSupprimer
  13. Je pense faire suite au sujet, j'ai trouvé cette page sur le net,
    ATTENTION, âmes sensibles s'abstenir, (graphic content).
    Les images peuvent choquer. Je craint malheureusement qu'il s'agisse de la triste réalité :

    http://www.vsetut.ru/zverstva-nacgvardii-na-donbasse-nahodyat-podtverzhdeniya

    RépondreSupprimer

L'article vous intéresse, vous avez des remarques, exprimez-vous! dans le respect de la liberté de chacun bien sûr.